Culture urbaine

On l’oublie parfois, mais l’utilisation des réseaux sociaux avec une logique de campagne publicitaire peut être un outil de génération de trafic important.

Si on regarde dans le rétroviseur, les réseaux sociaux ont très vite eu le succès qu’on leur connait en tant qu’outil d’expression personnelle. Les marques et entreprises, et c’est logique, ont immédiatement souhaité exploiter le filon, en faisant de ces réseaux un vecteur essentiel de leur communication.

 

Certaines ont adopté une approche calée de manière artificielle sur la proximité censée être au cœur de ces plateformes, avec une prise de parole quotidienne, continue, sur des sujets souvent en relation avec leurs produits et services, parfois périphériques sur leur culture de marque/entreprise ou sans autre rapport que les événements du quotidien. Avec à la clé une lassitude de l’audience, sauf pour les informations très spécifiques.

 

D’autres justement ont décidé d’adopter une approche à plus forte valeur ajoutée, en produisant un contenu comme si elles étaient leur propre média, en relation plus ou moins évidente avec leurs services et produits. Avec l’espoir de susciter intérêt et partage. La même mécanique était d’ailleurs à l’œuvre pour le fameux buzz, graal des années 2010.

 

La segmentation des réseaux sociaux a aussi fait son œuvre, avec une approche beaucoup plus ciblée de certains acteurs en fonction de la spécificité de telle ou telle plateforme : contenu pro sur LinkedIn, approche image et influenceurs sur Instagram, etc.

 

Une dernière approche peut consister à utiliser ces plateformes pour ce qu’elles sont : des canaux publicitaires au sens classique du terme, comme un réseau d’affichage par exemple, avec l’interactivité en plus. C’est la solution que nous avons adoptée pour promouvoir la plateforme 1001sitesnatureenville.ch, mise en ligne au printemps 2018, qui présente l’ensemble des sites de Nature en ville existants à Genève.

 

Nous avons ainsi conçu une campagne en plusieurs volets, avec une idée simple, un clin d’œil à la culture urbaine : food truck, air b’nb, voisins du dessus, pause-café, etc. Une idée combinée avec une approche de campagne diffusée tout au long de l’été, chaque semaine. Et au final, un fil rouge visuel censé générer davantage d’impact semaine après semaine au service de la notoriété de la plateforme, autant que de trafic vers les pages des sujets promus.

Ce dispositif a été complété par une série de banners animées, diffusées sur Google Networks, ainsi que quelques films présentant des projets.

Vous avez aimé cette analyse ? N’hésitez pas à demander un check up sur votre stratégie de marque, de communication ou digitale ici.