Bon ben voilà, il fallait bien un jour rendre hommage à ce cher Jacques Séguéla dont le bon mot reste il faut bien l’avouer une bonne accroche, encore aux temps des réseaux sociaux. Et se rappeler un instant le pouvoir d’une bonne publicité.

Car on n’ose encore à peine dire qu’on fait de la publicité à l’heure du digital sous peine d’être vu comme un dinosaure : contenus, leads, data, storytelling, expérience, etc. tellement de nouveaux concepts… Et pourtant !

 

Que faisons-nous d’autre lorsque nous conseillons des entreprises ou des marques sur leur manière de communiquer, si ce n’est faire de la publicité, quel que soit le moyen retenu ? Revoyons ensemble la définition du mot, car les mots ont un sens : « Publicité, n.f. Activité ayant pour but de faire connaître une marque, d’inciter le public à acheter un produit, à utiliser tel service, etc. ; ensemble des moyens et techniques employés à cet effet. ». Voilà.

 

On ne peut pas nier que la publicité subit, avec la digitalisation, une profonde mutation, principalement sous l’impulsion de Google avec la notion de référencement au cœur des nouvelles stratégies publicitaires. Mais en dehors de ça, entre autres les réseaux sociaux, on reste sur les fondamentaux du métier : un message (qu’est-ce que je dis) et une forme (comment je le dis). Et le condensé de pub, ça reste quand même une annonce ou une affiche (ou une banner statique pour les chagrins du print) : tout doit être dit en un visuel et en quelques secondes. Et là pas de mystère. Le secret de l’efficacité réside dans une idée visuelle forte, qui permettra à la fois de créer de l’impact et de véhiculer immédiatement le message voulu.

 

Ce travail évident une fois sous nos yeux demande du talent (de synthèse) et du temps (de réalisation). De nombreuses campagnes mythiques ont marqué les esprits ces 50 dernières années (et plus loin encore), mais retenons la dernière campagne d’Ikea « Tomorrow starts tonight » comme la parfaite illustration de publicité print à la fois impactante et délivrant un message de manière efficace en une série de visuels très simples.

Chez miind, c’est cette ambition qui nous a guidé en concevant la dernière campagne de notoriété de la Compagnie Fruitière. Faire comprendre les multiples dimensions d’un groupe connu avant tout pour la production et la commercialisation de ses bananes, via une idée très simple : vous n’imaginez pas ce qui se cache derrière cette banane ! Et l’ombre projetée de la banane mise en majesté de nous montrer toutes les réalités actuelles du groupe. Une idée simple, déclinable aussi en mini capsules vidéos, pour une efficacité qu’on souhaite maximale.

 

À l’heure où nos métiers connaissent de profondes mutations et ou les canaux digitaux permettent une large palette d’expression et de formats publicitaires, essayons de ne pas oublier les fondamentaux qui font le sel de notre métier et l’intérêt de ceux qu’il s’agit de convaincre.

 

Vous avez aimé cette analyse ? N’hésitez pas à demander un check-up sur votre stratégie de marque, de communication ou digitale ici.