Réchauffement climatique

Alors que le réchauffement climatique continue de faire les gros titres - même s’il doit partager la vedette avec la COVID 19 cette année - il est un mouvement de moins en moins silencieux qui, année après année, apporte sa pierre à la lutte qui s’installe au quotidien.

La lutte… le mot est lâché. Et pourtant c’est bien d’une lutte dont il s’agit, une lutte contre nos habitudes pas si anciennes mais pourtant bien ancrées : manger plus sain et plus local, se déplacer avec plus de parcimonie, en adoptant quand on le peut des modes de transports doux pour l’environnement, consommer avec modération et éviter le gaspillage, recycler et mieux diminuer la production de déchets, favoriser la biodiversité partout où on peut…

 

Toutes ces petites actions, a priori impressionnistes, forment ensemble ce qu’on appelle la désormais la transition écologique de nos sociétés contemporaines et dont chacun de nous sommes, chaque jour, les acteurs. Un des piliers de cette transition écologique justement, c’est le retour de la nature dans les centres urbains.

 

On peut voir ce mouvement de manière verticale, ou les autorités imposent parfois au forceps la transformation de zones ou quartiers entiers au bénéfice de plus de nature et de biodiversité. Mais on peut aussi voir ce mouvement comme autant d’initiatives individuelles, de plus ou moins grande dimension, pour faire revenir ces morceaux de nature perdus au profit du bitume. Prairies fleuries, ruches et potagers urbains, toitures végétales… autant de petites touches faciles et rapides à mettre en place, qui font parfois plus pour la lutte contre les ilots de chaleur ou pour la convivialité des voisinages que les grands plans urbains.

 

A ce petit jeu, Genève a un temps d’avance sur d’autres métropoles pourtant plus bruyantes sur le sujet : avec son programme Nature en ville, elle favorise la création d’une multitude de projets privés (aujourd’hui presqu’une centaine) dans un centre urbain à dimension humaine idéale pour ce type d’expérimentation. Avec un succès grandissant. Pour ce faire, le programme s’appuie sur la plateforme 1001sitesnatureenville.ch, qui recense l’ensemble des projets existants à découvrir, mais surtout propose à chacun des astuces ou ressources pour créer un projet de nature en ville.

Sans oublier d’aller au-devant des publics sensibles par une visibilité accrue sur les réseaux sociaux.

Alors parmi tout ce que nous pouvons faire, nous citadins, pour participer à ce grand mouvement de la transition écologique, il y a un élément qui peut procurer beaucoup de petits bonheurs au quotidien : ramener plein de petits morceaux de nature en ville !

 

Vous avez aimé cette analyse ? N’hésitez pas à demander un check-up sur votre stratégie de marque, de communication ou digitale ici.